Les particularités gastronomiques canadiennes à découvrir lors d’un voyage culinaire

Le pays à la feuille d’érable se démarque à l’international par ses principes diplomatiques pacifistes. Mais le Canada est aussi une destination touristique remarquable de la zone nord de l’Amérique. Certains passionnés de voyage ont certainement eu la chance d’admirer les chutes de Niagara de ce côté-ci du continent ou de vivre de belles aventures dans le Parc national de Jasper. Et parmi les aspects à découvrir, la gastronomie est l’une des plus recommandées. Un séjour gourmand sur les lieux permettra aux vacanciers de déguster :

La poutine

Rien à voir avec le nom d’une grande figure politique russe, la Poutine est, en effet, un plat traditionnel national canadien qui est surtout très répand au Québec. Ce beau mélange arrosé de sauce rouge est principalement composé de pommes de terre frites et de fromage en grains. Pendant leur voyage au Canada , les visiteurs sauront que cette formule simple est, selon l’histoire, le fruit d’un accident culinaire qui s’est déroulé dans un restaurant au début des années 1960.

La véritable origine de cette spécialité demeure, néanmoins, inconnue jusqu’à aujourd’hui puisque de nombreuses enseignes de renom revendiquent que la même histoire s’est passée chez elles. Et même s’il est possible que certains établissements européens en proposent, la recette originelle restera la meilleure. Le secret de ce plat réside toujours dans le goût et la texture élastique du fameux fromage « couic couic » ou fromage à poutine.

Les queues de castor

Ce sont ces belles pâtisseries traditionnelles canadiennes, à la forme assez singulière, proposées par tous les restaurants du pays que l’on désigne par « queues de castor ». Elles sont faites à la main et sont servies lors des cérémonies et festivités occasionnelles. Mais puisqu’il s’agit d’une fierté nationale, les professionnels les ont incluses dans leurs offres quotidiennes. Le plat ressemble à une pâte qu’on a pris la peine d’étirer avant de la frire.

C’est bien sûr parce qu’elle a l’apparence d’une queue de castor après cuisson que ceux qui l’ont trouvée lui ont donné ce nom. D’après les habitants et les spécialistes locaux, le Canada doit cette création à la famille de Graham Hooker. Transmise de génération en génération, la recette a toujours été un secret de famille. C’est en 1978 et après l’ouverture du premier kiosque que le public a pu goûter à cette merveille culinaire. Pour bien savourer ce plat durant leur séjour gourmand au Canada, les voyageurs peuvent y ajouter du sirop d’érable ou demander à ce qu’on y mélange un peu de chocolat.

Les œufs Benedict

C’est aussi au Québec que les vacanciers retrouveront le plus souvent cette autre spécialité au cours de leur circuit culinaire. À l’origine, les œufs Benedict n’avaient pas cette belle texture comme on la voit de nos jours. Au début ni le jambon, ni la sauce n’étaient pas encore utilisés. Pour la petite histoire, les bénédictins, ces hommes pieux qui avaient de nombreux monastères dans le pays, n’avaient droit qu’à un maigre déjeuner constitué principalement de tranche de pain rassis.

Avec le temps, les habitants leur apportaient régulièrement des œufs. Ils ont donc décidé d’en faire un autre ingrédient. Aujourd’hui, différentes versions d’œufs Benedict sont proposées par les enseignes. Cependant, la sauce hollandaise, le bacon grillé et l’œuf au plat demeurent essentiels dans la réalisation de ce plat.

Si vous aimez ce post, n'hésitez pas à partagerShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestShare on RedditShare on StumbleUpon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *